vendredi 28 mars 2008

Peacemaker

Haha!! Je vous ai grillés amis lecteurs! Vous pensiez que je m'étais avachie sur une plage de feignantise et que je ramais pour vous pondre des imbécilités toutes fraîches??! Et bien non! Je me suis juste permise de prendre quelques jours de vacances en France. Cette année, nous avons donc décidé avec mari d'emmener Nain en vadrouille pour les vacances de Pâques et pour cela, nous avons choisi la Camargue. De vastes étendues marécageuses où se côtoient bruyamment flamants roses, poules d'eau, moustiques, taureaux et chevaux blancs à seulement quelques mètres de la Méditerrannée: idéal pour prendre l'air et se réconcilier avec la Nature brute.

Nous pensions naïvement avec Mari que nous pouvions nous reposer durant ces quelques jours et profiter sereinement de ces précieux moments en famille.... et bien au bout de 4 jours, je suis tout aussi épuisée... Partir en vacances avec Nain, c'est frôler la crise cardiaque 5 fois par jour.

Arrêt cardiaque n°1. Pendant que nous essayons de prendre tranquillement notre petit-déjeuner, Nain n'a qu'une seule obsession : courir. Où ça? au bord de la piscine bien sûr qui elle-même longe le fleuve marécageux (ça fait plus authentique selon la brochure de l'hôtel). On se retrouve donc à sprinter à toute allure derrière Nain en hurlant "Atttenttiiioooonnn à l'eau" autour de la piscine sous le regard ébahi des autres clients de l'hôtel.

Arrêt cardiaque n°2. Nain visite Aigues-Mortes, jolie cité médiévale bordée de remparts. Nain se met à sautiller sur les trottoirs en long et en large... puis, en travers pour se retrouver sur la rue au moment même où passe une voiture en trombe... à 20 cm de son nez.... "Aaattteennttioon aux voitures....." Impossible de bouger, j'en ai encore des palpitations.

Arrêt cardiaque n°3. Nain découvre les joies du lit king size et décide d'en faire le tour en courant dessus. Mes yeux ont-ils à peine fait le tour de leurs orbites que "Attttttttttentt....." PAN, il nous fait un saut de l'ange pour au final s'exploser face contre terre (qui se trouve être du carrelage).

Arrêt cardiaque n°4. Nain veut aller sur le bateau. Ouais, le bateau, c'est chouette, on voit la mer au loin, ça vogue pépère et au pire, on peut rentrer en cabine. Et bien Nain, le seul truc qui l'intéresse sur le bateau, c'est d'apercevoir les poissons dans une eau maronnasse. Pas foutu de rester assis, il faut évidemment qu'il se mette debout sur le bord, se tracte jusqu'au derrière et se penche en battant des pieds et en hurlant "poifons, poifons". Les 2 mains solidement aggrippées à son manteau, je prie pour qu'il n'y ait pas de remous qui me fasse lâcher prise. "Attennnttt burp...."

Arrêt cardiaque n°5. Nain découvre les chevaux. De près. Le cheval est un animal qui s'appréhende avec douceur en non pas en leur courant dessus dès qu'il s'approche et encore moins en leur agitant les mains (vides) sous le nasal. "Aaaattteennnttiion aux chevaux!!!"

La fin de journée, je la passe sur les rotules et mon coeur qui bat à 300.

Je pars du principe qu'un enfant aussi petit n'est pas suicidaire, Nain est même de nature prudente et pourtant, dès qu'il fait un pas dans un univers inconnu, je ne peux m'empêcher d'imaginer LE scénario catastrophe : il va, soit tomber et se noyer, soit se faire renverser, soit se manger les dents sur le sol, soit se faire bouffer les doigts par un animal. J'anticipe à sa place tous les dangers et n'arrive même plus à savourer ces instants bénis où il découvre avec avidité l'univers qui l'entoure. Je ne vais pourtant pas reprocher à mon fils d'être audacieux mais de là à le laisser faire n'importe nawak... Il va pourtant falloir lâcher prise, passer sa vie aggripée aux couches de son fils, c'est pas jojo pour son équilibre car au final, ce n'est pas Nain mais moi-même qui vais finir à l'hosto à l'étage des grands malades cardiaques.

Il faut que je me procure un peacemaker, textuellement, un "faiseur de paix intérieure". Un joint ou du valium fera l'affaire.

3 commentaires:

  1. pas suicidaire... ? voici la véritable histoire de ce séjour en camargue: Le fils, au milieu de lulières clignotantes et multicolores, assis au volant d'un vaisseau de l'espace à déplacement vertical autour d'un axe de rotation répétitif, a subi les attaques d'une réplique de singe à la queue détachable. Le fils - pour échapper à cette machine de mort mise en marche grâce à un ticket bleu machiavélique acheté par ses parents - se jeta hors du vaisseau au risque de plonger dans l'abîme intergalactique. De justesse il fut rattrapé par son Pére (Mari) vigilant, et consolé par la mère consternée...

    RépondreSupprimer
  2. Holala, j'en avais même oublié l'épisode du manège intersidéral et de la peluche psychopathe...

    RépondreSupprimer
  3. Toujours aussi drôle ce blog !

    Et la Camargue, j'habite à deux pas, je sors donc de mon sous marin pour te faire un petit coucou et surtout, te faire tous mes compliments pour ton humour !

    RépondreSupprimer

et glouglou