lundi 14 janvier 2008

Leçons de beuverie

Enfin... Je me réveille enfin ce matin à jeun...Les 4 derniers jours se sont résumés à des séances de cuvage intense.

Jeudi soir : dîner avec les voisins - Vin blanc. PAN. Couchée 1h00. Moyen bien.
Vendredi soir : anniversaire à Marylebone - vin blanc, champagne, bière, rosé. PAN, PAN. Couchée 4h00 du matin. Pas bien du tout.
Samedi soir : apéro chez Céline - re-vin blanc. PAN, PAN, PAN. La dégringolade, j'ai fini à l'eau....

J'avoue avoir toujours un peu trop bu. Attention, je ne suis pas alcoolique : je ne sirote pas tous les soirs mon whisky et je ne tremble pas d'angoisse quand il n'y a plus d'alcools. Si je bois trop, c'est parce que je ne sais pas boire. Je vide goulûment chaque verre comme si c'était de l'Evian et surtout, je ne m'arrête pas quand les premiers signes de troubles visuels et oraux apparaissent (càd, quand les lentilles collent aux yeux, que je commence à bafouiller des absurdités et que je ris comme une hyène). Un vrai tonneau.
Avant d'être maman, ca ne me dérangeait pas de finir à l'aube complètement ivre, je savais pertinemment qu'une grasse matinée bienfaitrice allait me remettre d'aplomb pour le lendemain. Or, depuis la naissance de Nain, il m'est impossible de récupérer : à 8h30 pétantes, la cloche humaine se réveille et elle est sans pitié.

Donc pour allier mon devoir de mère à mon vice majeur avec toute la dignité requise, j'ai établi quelques règles à respecter :
1. Tous les 3 verres, boire de l'eau, du coca ou du jus de pomme même si les mélanges ne sont pas conseillés...
2. Arrêter toutes sortes d'alcools forts (whisky, gin et eaux de vie diverses sorties à 3h00 du mat du placard) : ca rend sourd et obèse.
3. Prévoir un élastique dans la poche droite pour s'attacher les cheveux quand l'envie de vomir survient.
4. Avoir à portée de main sur sa table nuit au moins 3 Alka Seltzer et 1 bouteille de 2 litres à avaler cul sec avant de s'effondrer comme une barrique.
5. Improviser, l'alcool aidant, un strip-tease du tonnerre devant le Papa émoustillé pour que ce soit lui qui se colle le biberon du lendemain. Ca marche à tous les coups.
Résultat : nous sommes lundi et je suis d'attaque pour le dîner de ce soir au Pub.

Ouf, l'honneur est sauf.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

et glouglou