mardi 5 février 2008

Ma Multinationale

Pour le bien-être de ma petite entreprise, j'ai décidé de recruter du personnel supplémentaire.

Mes 2 principaux employés (Mari et Nain) sont en effet d'une incompétence rare pour tout ce qui concerne l'entretien de notre lieu de travail : ils ne sont même pas capables de se servir d'une éponge ou d'un balai et ignorent l'utilité des différents produits détergeants mis en évidence sous l'évier. J'ai décidé pour ma part que je m'étais suffisamment investie dans ces (très) lourdes tâches et qu'il était temps de les déléguer à une personne compétente : la PEP (Petite Esclave Polonaise). Après moultes recherches, j'en ai enfin trouvé une de confiance. Elle a d'ailleurs fait ses premiers dans notre petite entreprise ce matin, et croyez-moi, elle a pas chômé : notre maison n'a jamais été aussi resplendissante.

Je l'ai sélectionné pour 3 choses :
1. Elle ne parle ni français, ni anglais : cela m'empêche donc de bavarder avec elle pendant des heures et je ne voudrais surtout pas la déconcentrer dans son travail.
2. Elle est bénévole. N'allez surtout pas croire que nous la payons au black : nous sommes une petite entreprise certes, mais nous sommes des gens SE-RIEUX.
3. Elle répond parfaitement à notre politique d'embaûche placée sous le signe de l'ouverture et de l'internationalisation.

En effet, je viens de réaliser que notre petite entreprise était en réalité une Multinationale tentaculaire. En plus de Mari, Nain et PEP, nous avons également les BST (Baby Sitters Tchèques ou Turques), le DCP (Dry Cleaner Pakistanais), le PAF (Provider d'Asian Food) et la CMC (Crèche Multi-Culturelle). C'est cela qui est merveilleux à Londres : le brassage des ethnies, la mixité des langues, l'ouverture culturelle et le mélange des couleurs.

Cependant, français pur souche, nous avons également décidé de conserver 2 filiales senior en France : une à Paris (Grand-Parents 1) et une dans la Banlieue Chic (Grand-Parents 2). Nous donnons bien sûr une chance aux jeunes mais ce n'est pas une raison pour pousser les vieux à la porte. Consciente de leur âge, je leur laisse assez d'autonomie et leur ai accordé des horaires de travail ultra souples : à raison d'une visite tous les 2-3 mois, on ne peut pas dire que leur boulot soit harrassant... Mais comme tout chef d'entreprise qui se respecte, je vais devoir faire une petite inspection sur place dans 10 jours, sinon, ça lambine...

Tremblez, tremblez, petits employés, Grand Patron et Nain débarquent bientôt pour vous remettre au turbin!!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

et glouglou