jeudi 22 novembre 2012

The guest dilemma

Ne vous méprenez pas... Quand on part s'installer à l'étranger, on ressent vite l'envie de voir la famille et les amis que nous avons lâchement abandonnés pour vivre une autre aventure. Pour certains, la coupure est assez violente et j'en ai croisé beaucoup qui ont du partir à l'arrache après avoir vendu en catastrophe maison, voiture, meubles, électroménager et animaux domestiques poilus.

Les premiers temps sont assez difficiles : la solitude forcée sied peu au genre humain et notre seule compagne est la dépression post-expatriation qui s'installe insidieusement avec ses valises remplies de cris, de pleurs et de frustrations en tout genre. Ajoutez à cela des enfants en plein terrible 2s' et le tour est joué, les assiettes ne tardent pas à voler à travers l'appartement.

La seule bouffée d'air frais, c'est quand les proches débarquent pour nous rendre visite. Et les quelques jours passés ensemble sont d'une rare intensité: on profite au maximum de leur présence, trop courte, on les reçoit aux petits oignons pour qu'ils aient envie de revenir, on remplit le frigo jusqu'au plafond, on leur fait partager notre quotidien, on ressasse nos souvenirs en gloussant, on établit un planning de malade ponctué de musées/ballades/restos/shopping etc... Une douce nostalgie vient mettre un gros coup de pied au cul à la vilaine dépression 

Les premiers temps, j'avais plaisir à faire le guide que ce soit à Londres ou New-York qui sont 2 villes que l'on peine à découvrir en seulement 1 semaine tellement il y a de choses à faire. Je n'aime pas faire le Tour Operator mais partager la découverte de sa ville avec des gens qu'on aime, ça n'a pas de prix, même s'il faut se trimballer les nains qui n'ont pas encore le réflexe de marcher tout seuls... La poussette dans les escaliers du métro et le porte-bébé qui scie les omoplates, ça achèverait une mule...

Bref, à partir du moment où les gens font l'effort de venir nous voir, on fait en sorte de passer le maximum de temps avec eux et que ça se passe bien.

Cependant, à peine ont-ils passé le pas de la porte pour partir, que notre seule envie est de se ruer sur le canapé et de ne plus en bouger pendant 2 heures... parce que avoir du monde à la maison, c'est top, mais je dois avouer que ça me flanque sur les rotules! Que ceux qui n'ont jamais dit :"Putain!! Ils sont partis!!" lèvent la main... vous êtes de gros menteurs...

Mais cela dépend des cas, car voyez-vous, tous nos invités ne fonctionnent pas de la même façon :

1. Les invisibles
Ceux-là débarquent chez vous avec un planning déjà bien établi. Inutile de leur expliquer où aller, ils ont déjà préparé leur sac à dos avec plan, guides annotés, bouteilles d'eau et CB prête à chauffer. Passé le mystère de la MetroCard/OysterCard, je les vois à peine : ils partent juste après le petit-déjeuner et ne reviennent que pour l'apéro, les ampoules au pied, les bras chargés de cadeaux-souvenirs aussi moches les uns que les autres. Généralement, ils font en 1 semaine ce que nous n'avons jamais pris la peine de faire en plusieurs mois.

Inconvénients : on a l'impression de faire office de B&B
Avantages : c'est plus frais, zéro stress, on rigole plus

Consommation d'alcool : 8/10
Etat de fatigue : 3/10


2. Les courageux
Eux, ce sont les invisibles mais avec enfants... La maison se transforme en squat : on case les nains dans une même chambre en perpétuel bordel, les valises dégueulent dans tous les sens, les poussettes s'accumulent dans l'entrée et les repas sont épiques! 

Inconvénients : 
Il faut ressortir le lit parapluie qui prenait la poussière, expliquer que "non, j'ai jeté mon babycook et le chauffe-biberon depuis belle-lurette. Non, vous ne trouverez pas de Blédichef au Tesco. Oui, tes gamins vont bouffer de la merde non-bio pendant une semaine. Non, j'ai que des couches Taille 6 donc  oui, ça va lui arriver au niveau des aisselles". 

Les avantages :
Leur programme se cale parfaitement avec celui des nains, ravis d'avoir des copains 24/7 (parce que plus on est nombreux, plus on fait les cons)

Consommation d'alcool : 234/10
Etat de fatigue : 10/10


3. Les vieux
Parents/beaux-parents, dans le même sac, hop! J'adore les voir à la maison car les rôles s'inversent : on prend soin d'eux comme eux l'ont fait avec nous quand nous étions enfants. Le patron, c'est Bibi, donc Maman, tu reposes cette casserole. De plus, je ne sais pas pour les vôtres, mais les miens, ils pigent pas un mot d'anglais. 

Inconvénients : 
Ne jamais, ô grand jamais les laisser s'aventurer seuls même s'ils vous assurent d'être assez grands : c'est un coup à les perdre à tout jamais et je suis d'ailleurs étonnée que le Consulat n'organise pas un bureau d'accueil pour parents perdus. 
Risque d'accrochage élevé (c'est qu'on perd patience avec l'âge)

Les avantages :
On peut leur faire un programme light : un musée + un déjeuner et le tour est joué, ça les achève pour la journée. 
Ils marchent super lentement (1 pause tous les 400 mètres)
Ils sont raaaaaaavis de s'occuper des nains parce que ne vous leurrez pas, vos parents ne viennent QUE pour leurs petits-enfants. Toi, t'es juste là pour faire joli (et la bouffe).


Consommation d'alcool : 0/10 (parce que sinon, on se fait traiter d'alcoolo par ses parents) 
Etat de fatigue : 5/10



Ainsi, le dilemme de l'invité, c'est qu'on est tiraillé entre l'envie de passer du temps avec lui et celle de ne pas perturber son train-train. J'ai croisé des amis le week-end dernier qui ont déménagé d'une maison de 4 chambres à Fulham pour se retrouver dans un petit appartement de 2 chambres : leur argument était qu'ils avaient eu tellement de visites qu'ils en avaient marre de faire office de guest house.

Mais nous, nous sommes masos, nous avons fait exprès de prendre un appartement avec 3 chambres en lançant des invitations à gogo, trop heureux d'avoir raccourci la distance avec nos proches. 

Le secret? Ne pas se forcer, de-stre-sser et prévoir une petite bouteille en back-up...


Et au fait, HAPPY THANKSGIVING EVERYONE!!


15 commentaires:

  1. hih! bien vu! c'est exactement ça! alors, t'imagines pas quand on a reçu des potes dans notre studio new yorkais de 40 mètres carrés, sur un airbed aux pieds du lit! une chose est sûr, ça resserre les liens d'amitié (avec parfois une bonne petite engueulade eu bout de quelques jours pour couronner le tout) à se marcher les uns sur les autres! Inoubliable!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est beau l'amitié, toujours challengée!

      Supprimer
  2. Merci, merci, merci, pour cette booooonne rigolade!

    RépondreSupprimer
  3. Excellent, et tres bien vu. Depuis 16 ans a Seattle. Super avantage: La ville n'est pas aussi populaire que New York ou San Francisco. Le voyage est long et cher. Donc, a part les parents, personne ne vient jamais. La, ca peut etre fatigant, car vu que nous sommes paumes dans la banlieue, et a 45 mn en voiture du centre, sans transport public, pas de ballade sans voiture. Donc, en fait, nos invites sont un peu "des otages," les pauvres, et moi, obligatoirement, je me transforme en guide touristique/chauffeur/gerant de B&B... Fatigant, et comme tu le fais si bien remarquer, on ne peut pas trop picoler quand les parents sont la... Bref, avec l'âge, leurs visites s'espacent, et bientot, ils ne viendront plus du tout les parents. On se reverra tous en France, pendant notre visite annuelle. C'est mieux que rien. J'ai souvent fantasme sur Londres. J'imagine le nombre de visites que j'aurais recues de tous mes jeunes cousins si ça avait ete le cas... Dans un sens, je suis peut-etre mieux, dans les ruffes pres de Seattle... ou non! (on se remonte le moral comme un peu.) -- Bises du Pacific Northwest, ou il pleut, comme d'hab. Veronique (French GIrl in Seattle)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que ça fait loin Seattle, mais pas insurmontable pour les parents! Tu dois grave leur manquer ;)
      Bises de Londres (où il pleut aussi comme d'hab)

      Supprimer
  4. Comem d'habitude : post extrêmement drôle, honnête et rafraichissant !!
    Pouce en l'air :)

    RépondreSupprimer
  5. Excellent, tout ça est très juste!
    J'ai passé 6 ans à Bristol (UK) et bizarrement cette destination n'attirait pas grand-monde!...mais je crois que je préfère ça ;o)

    RépondreSupprimer
  6. I think everyone who went abroad can totally relate to your post. I remember the first week me and my family moved to Canada. Upon arriving, unlike my family I really felt terrible and I don't like the weather since the place that we came from is a has tropical climate and shifting to a cold place isn't really a warm welcome to me. I don't want to go to school and I am not even sure if I can make friends in that place. But I think once you let yourself to be with new people you'll definitely feel the warm welcome that you are expecting. By the way, belated Happy thanks giving.

    RépondreSupprimer
  7. Thank you for your comment, I should definitely translate my blog in english to have other points of view from other people than french ones!

    RépondreSupprimer
  8. Tres bon histoire ca me rappelle lorsque j'étais en Erasmus !

    RépondreSupprimer
  9. Je découvre ton blog! Tu me fais rire. C'est extra! Erica (maman de Rebeca)

    RépondreSupprimer

et glouglou