vendredi 11 juillet 2008

Comme une boule de flipper

On aura beau dire, organiser des vacances, c'est l'enfer... Surtout quand on part en couple...

Quand j'ai commencé à gagner un peu d'argent (et par là même une certaine indépendance), je sillonnais seule la France à la recherche de lieux sympathiques où squatter. En vérité, je me retrouvais toujours chez des copains qui avaient la générosité de m'ouvrir les portes de leur maison de vacances (enfin, plutôt celle de leurs parents): entre la villa à trebeurden, la chalet à Val d'Isère, l'appartement à St-Jean-de-Luz, le château en Touraine, la demeure ancestrale en Lozère et la maison de pêcheurs en Corse, je n'ai eu que l'embarras du choix avec pour seules dépenses le trajet en voiture ou en train et de quoi picoler au Bar de la Plage. Ea-sy.

Puis, Mari est arrivé dans ma vie. Et il a fallu faire des concessions.

Tout d'abord, il a accepté de passer la moitié de ses vacances avec mes copains : abandonné au milieu d'une bande de lourdingues qui ressassent infiniment les épisodes peu glorieux de leur passé, ça passe une, deux, trois fois, mais pas plus. Mari, ce qu'il voulait, c'est passer des vacances en a-mou-reux.

"Très bien mon Adoré, lui ai-je dit. Partons au soleil nous dorer sur une plage romantique!"

Or, Mari, il aime pas la plage. Il s'emmerde. De plus, sa texture de peau n'est pas vraiment adaptée au soleil. Mari ne bronze pas. Il crame. Et je ne compte plus le nombre de tubes de Biafine que j'ai du utiliser pour lui rendre un aspect humain.

"Soit mon Pauvre Canard, lui ai-je dit. L'année prochaine, nous partons au ski."

Or, à l'époque, la seule possibilité pour nous de partir au ski, était de squatter l'appartement que louaient tous les ans.... mes parents... et mes frères et soeurs se joignaient à nous dans un brouhaha incessant. Au bout de 3 ans, Mari a commencé à insinuer que, comme il avait accepté de passer des vacances avec MA famille, il était temps que je passe moi aussi quelques jours dans la maison de campagne de SA famille.

" Bien entendu mon Ange, lui ai-je dit. Partons l'année prochaine en Touraine."

Or, le problème de la Touraine, c'est que les travaux avancent lentement. Très lentement. Les premières années, nous devions partager à 5 une salle de bains qui se trouvait à l'autre bout de la maison, chausser des bottes pour aller dans le jardin qui ressemblait plutôt à une forêt d'orties et la cuisine était peu avenante. J'ai donc passé ainsi mes vacances à décoller du papier peint et arracher des orties à mains nues.

" Dis-moi mon Aimé, lui ai-je dit. J'aime bien le bricolage, mais à petite dose. N'est-il pas envisageable de partir se détendre tous les deux, sans copains, sans famille, sans bricolage et sans grain de sable?"

"Bien sûr ma Douce, m'a t'il répondu. Je te laisse organiser nos vacances de l'année prochaine!". Phrase typiquement masculine.

Et puis entre-temps, je suis tombée enceinte.

Or, quand on tombe enceinte, on nous colle un paquet de restrictions : plus de scooter, pas de voiture plus de 2h00 d'affilée, pas d'avion le dernier mois (Nain est né début septembre comme vous pouvez vous en douter....), pas de voyage en train trop fatiguant, pas de plongée, pas de ski non plus, rien de rien!! Résultat, j'ai passé mon été avachie au bord d'une piscine dans le fin fond de la Lozère. Incapable de bouger.

" Ohh mon Eternel Amour, m'inquiétais-je, crois-tu que nous pourrons un jour nous défaire de Notre Divine Progéniture pour partir enfin vers une destination de rêve?"

" N'ai crainte ma Raison de Vivre, me disait Mari. Quand tu auras accouché, nous nous accorderons de vraies vacances bien méritées, rien que tous les deux"

J'attend toujours....

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

et glouglou