mercredi 8 décembre 2010

Et ta soeur??!!

Les anglais ont la réputation d'être des gens tolérants.

Le meilleur exemple qu'on puisse vous sortir est que même si vous êtes habillés comme un sac et coiffé comme un dessous de bras, jamais ô grand jamais, les anglais ne vous dévisageront dans le métro ou dans la rue.

Ainsi, vous croiserez très souvent des jeunes filles accoutrées de la sorte :

"Je suis grosse, moche, je porte une mini-jupe en décembre et je t'emmerde!"

Alors qu'à Paris n'importe quel badaud les scruterait des pieds à la tête avec un sourire narquois, un anglais semblerait n'y porter aucune attention. Il trace sa route.

Je dirai même de manière générale que vous pouvez tout à fait marcher des heures dans les rues de Londres sans que personne ne vous regarde.

On appelle ça de la tolérance, mais c'est beaucoup plus subtil que ça. Limite ça a rien à voir.

On m'a ainsi expliqué que les anglais n'étaient pas forcément plus tolérants mais réservés. Même très réservés. Ils sont éduqués comme ça. Jamais un anglais n'oserait vous alpaguer pour commenter sur votre tenue, vos enfants, la taille de vos mollets, le contenu de votre caddie ou qu'on voit grave ta culotte. Ca-se-fait-pas. Parce que pour les anglais, il est très très mal élevé de s'imposer dans l'espace vital d'un inconnu.

Le seul endroit où un anglais se permettrait de vous raconter sa life en vous postillonnant à la figure alors que ça fait même pas 5 mn que vous vous connaissez, c'est dans un Pub. Mais aloors attention, 2 règles importantes :

1. Dépassé 18h30, c'est même pas la peine d'espérer d'avoir une conversation à jeûn (passeke le coco en face, ça fait depuis 17h00 qu'il engloutit des Guiness).

2. Ca ne sert à rien de lui donner ton numéro de téléphone sur un bout de papier car il te rappellera jamais (pas parce qu'il est pas sympa mais parce qu'il se sera essuyé la bouche avec ton papier de merde après avoir vomi).

Bref, tout ça pour dire que lorsque j'ai débarqué à New-York, j'ai eu un choc...

A peine mets-je les pieds dans la rue avec les nains que les passants s'arrêtent, nous fixent, sourient, me parlent, de tout et de rien, des nains ("soooooo cuuuuute!!"). Sans malice, sans réelles arrière-pensées, parce que tu fais partie de leur univers...

Ainsi, après des années d'anonymat à Londres, c'est comme si j'étais projetée en pleine lumière!!

Puis un jour, honte à moi, alors que je promenais Naine en fumant une clope, une passante m'arrête :

Passante : "What a cute baby!"

Zaza : "Yeaaaahh!! Aïe Knoooo!!"

Passante : "But do you think cigarettes are good for them??"

Zaza : "Well... Of course!!!"

Non mais de quoi elle se mêle la morue là? Je lui demande moi si son chirurgien esthétique a pas trop forcé sur le botox?? Tu veux pas aller vivre ta life et me laisser tranquille?? T'as vraiment que ça à foutre d'aborder les gens dans la rue pour leur faire la morale?

L'envers du décor c'est que les américains ont une vague notion de la "non-ingérence", ça leur cause pas génial en fait...

Et contrairement à Londres, si vous voulez qu'on vous foute la paix à New York, il suffit de vous réfugier dans un bar....

Et puis de toute façon :

"OK, je porte pas de mini-jupe en décembre, j'ai un gros cul, je fume 1 paquet par jour mais je fais super bien du patin... donc je t'emmerde!"

5 commentaires:

  1. Exemple de look d'"anglaise pour qui la beaute c'est surtout dans la tete"

    http://www.thesun.co.uk/sol/homepage/news/3250135/Geordie-girls-and-shoppers-defy-the-cold-snap.html

    RépondreSupprimer
  2. Zaza tu es la meilleure.
    Excellent billet.

    JL

    RépondreSupprimer
  3. AAAAAAAhhhh Zaza! Quelle EXcellente analyse! J'ai mourru de rire encore une fois, merci! Je saurai ou envoyer les gens pour expliquer cette réserve toute british!

    RépondreSupprimer
  4. C'est de la balle ce petit billet d'humeur by Zaza ! Agréable à lire, bien écrit, avec beaucoup d'humour, j'adore ! Etienne

    RépondreSupprimer
  5. j'adore....

    et au fait, les new-yorkaises ne portent pas de mini bleu canard ????

    RépondreSupprimer

et glouglou