jeudi 23 juin 2011

Une Dinde à San Francisco

Bon les copains....

C'est plus possible ce temps de chiotte...

Donc, on se casse ce soir, direction San Francisco pour une semaine! Et pendant que Mari enchainera les rendez-vous de boulot en costume, Bibi et les nains vont crapahuter en tongs et sans guide à la découverte de cette ville que nous ne connaissons pas du tout!

Au programme : week-end à Stison Beach
Désolée mais j'ai pas pu m'empêcher de mettre une photo... Ch'uis une bitch dans l'âme....

Alcatraz, Fisherman's Wharf, Chinatown, le Golden Gate Bridge, Lombard Street, tout ça en promène-couillon parce que moi je me tape pas les rues en montée avec la poussette et Nain en Crocs!

Je laisse donc ma moitié (mon VAIO qui agonise) à la maison et promis, je vous tartine un truc en rentrant!!

lundi 20 juin 2011

L'école est finie

Il va falloir vous y faire mais il m'arrive de temps à autre de ne RIEN poster pendant près de 15 jours sans véritable explication ("être une moule" n'est pas un argument valable parait-il). L'été approche et je reçois pas mal de mails de mamans paniquées qui viennent s'installer avec leurs nains à NY à la rentrée. La question brulante est : "Comment vais-je trouver une école?". Petit article donc pour mes lecteurs chéris qui arrivent bientôt avec leur marmaille vivre l'aventure américaine! Une fois encore, cet article ayant été écrit dans un but caritatif, j'invite mes compatriotes expatriées à compléter les informations ci-dessous rédigées à l'arrache entre 2 verres de rosé!!

Il se trouve que depuis vendredi, Nain est en vacances.
Voilà, nous sommes le 20 juin et Nain n'a plus école depuis vendredi, ce qui signifie que pendant 2 mois et demi, c'est Bobonne qui va faire GO jusqu'à la rentrée. Fermer l'école mi-juin, c'est quand même limite foutage de gueule pour un établissement qui te coûte un demi-rein à l'année (tout ça pour faire des dessins moches et apprendre à compter jusqu'à 20, cantine non incluse). Si j'ai bonne mémoire, en France, on lâchait les fauves fin juin et quand Nain était à l'école publique à Londres, les cours s'éternisaient jusqu'à fin juillet!!

Je vous explique pas l'organisation délirante pour les mamans qui travaillent, obligées de faire des allers-retours en France pour un child-dropping en règle, revenir bosser, puis repartir les chercher puis revenir ou celles qui traquent le summer camp de rêve pas trop onéreux ("chérie, t'es à NY....").

Bon, j'en vois certains qui s'en foutent et qui se sont arrêtés au prix exorbitant qu'appliquent sans complexes les écoles privées à NY. Certains ont bien sûr la chance d'avoir dans leur contrat d'expat "frais de scolarité pris en charge par la société" mais d'autres, comme Mari et moi, font partie de la grande majorité qui doit se dépatouiller pour trouver une école potable bilingue, avec un programme français reconnu par le Ministère si on projette de revenir en France (les équivalences entre programmes scolaires US-UK-France sont un véritable sac de noeuds).

Nous aurions pu opter pour l'école publique à NY, mais avec un Nain qui a passé plus d'un an chez un "speech therapist" à Londres, nous n'avons pas voulu jouer aux cons (et Dieu sait qu'on est bon à ça...), donc, nous sommes partis en chasse.

Or, contrairement aux autres grandes villes dans le monde, il n'y a pas vraiment d'école française à NY. Il y a des écoles américaines avec un programme bilingue. Nuance.

Certains parents optent pour l'école publique 100% américaine avec des cours particuliers en français après l'école (uniquement pour les enfants qui ont encore une pêche d'enfer et une capacité d'attention suffisante après une journée d'école... Autant dire que c'est pas gagné pour tout le monde...)
Il y a heureusement des écoles publiques avec un French DLP (Dual Language Program) (les places sont rares et si on n'est pas résident newyorkais au moment de l'inscription, c'est un chtouille plus complexe).
Puis, il y a les écoles privées dont la liste et toutes les explications se trouvent ici (t'es juste bon à pleurer ta mère quand tu vois le montant à débourser à l'année). Option que nous avons finalement choisie vu que Mari et moi sommes des wonder-quiches un brin mal organisées...

On a donc prévenu Nain : "Bon, tu cravaches encore 1 année voire 2 MAX et après, ZOU, on te colle à la Public School avec les petits américains parce que si tu continues à faire l'andouille, Maman va devoir arrêter les soirées arrosées avec les copines et on va aller habiter en banlieue!! Maman, elle a habité 25 ans en banlieue, elle y retourne plus, d'autant plus que je n'ai toujours pas mon permis de conduire!! Donc c'est over my dead body!!"

Je râle, je râle mais Nain nous a procuré un pur moment de bonheur jeudi qui nous a fait oublier la douloureuse :


La Graduation en basket!!!

ou le concept des parents hystériques, camera au poing, qui hurlent le nom de leur enfant comme si c'était une superstar pour qu'il pose pour la postérité...
alors qu'il en a limite rien à foutre...

mercredi 8 juin 2011

Poules Nights

Cette semaine, j'ai innové.

Quand il s'agit d'organiser des soirées entre filles, New-York regorge de bons plans! Happy hours, rooftops et restos à gogo, soit une multitude d'endroits et de petites adresses bien cachées comme les speak-easy où on peut oublier couches, homework, lunchbox et le "putain je vais faire quoi ce soir pour le dîner?". Juste pendant quelques heures, on lâche le frein à main, on laisse nos maris à la maison et on oublie qu'on doit se lever le lendemain à 7h00. Et de manière générale, les femmes faisant preuve de plus d'audace, nous ne craignons pas le ridicule.... et ça peut vite partir en vrille...

Londres et Paris ont bien entendu de bons spots en terme de vie nocturne, mais je trouve qu'à New-York... on passe très vite à la barre supérieure...

Surtout quand il s'agit du n'importe quoi...

Ainsi, j'ai découvert le concept de manucure/pédicure avec "free cosmopolitan" chez Dashing Diva, adresse bien connue de toute new-yorkaise un peu pouf.


Ensuite, demander un cosmo à une esthéticienne, c'est comme demander à Mari de lancer une lessive...

Ca ne laisse rien présager de bon...

Dans ce cas précis, je la soupçonne d'avoir renversé la bouteille de vodka dans mon verre et d'avoir vaguement touillé avec une spatule à épilation. Ben merci...J'étais tellement pompette au moment de prendre la photo que j'ai fait valser le verre qui s'est violemment explosé par terre.

Zaza : "Oooooooops!! Sooooorry.... Je peux en avoir un autre?? Hin hin hin..."

Apprentie barman : "Non, désolée. Nous ne servons qu'un seul cocktail par cliente. C'est pour éviter qu'elles boivent trop, ça nous empêche de travailler sinon..."

Zaza : "...."

Apprentie barman : "... Ca vous va la couleur??"


Deuxième étape : le karaoké

Pour tout vous avouer, quand nous étions à Londres, chaque soirée à la maison se terminait en karaoké sur notre misérable PS2 et ce jusqu'à 2-3 heures du matin. On a bien tenté le karaoké au K-Box sur Leicester Square mais cela n'a pas la même saveur si on ne peut pas emmerder ses voisins.

Mais à New-York, mieux vaut filer tout droit à Koreatown qui est un des quartiers où je traine le plus...


Au Maru par exemple, où, ô joy and surprise, on peut fumer dans la salle en poussant la chansonnette avec un serveur qui passe toutes les 30 minutes pour ramasser les cadavres de bouteilles. L'interdiction de fumer dans les bars? On peut dire que les coréens n'en ont strictement rien à battre.

Ils respectent vraiment rien ces asiatiques...

Remarquez, les françaises non plus...

Tout ça c'est bien inoffensif vous me direz-vous, mais il se trouve que vendredi dernier, nous avons décidé avec d'autres copines de monter d'un cran...

Ainsi, nous avons commencé par un cours de Pole Dancing pour fêter l'anniversaire de Josette.

La Pole Dancer, c'est un peu la nana qu'on imagine dans un bar à strip-tease avec un string suffisamment élastique pour faire tenir tous les biffetons qu'y auront glissé des clients chauds comme des baraques à frites.

ou dans un style plus sportif...


Cette bonne tranche de rigolade s'est donc déroulée chez Body and Pole. La prof était tout simplement "Aaaawwsome" et si vous voulez un aperçu de mon premier cours...

Plus grassieux tu meurs... J'ai tout simplement la dégaine d'une courge...

Et je vous raconte pas les putains de bleus qui décorent mon mollet gauche (ne me demandez pas comment j'ai réussi à me faire ça... je suis très embarrassée...)
Pff... Tout ça pour que Mari m'offre un Ipad...


Dernière étape : la Pool Party au Grace Hotel, en plein Midtown.

Alors ça... j'avais jamais fait... vous plongez 100 personnes en maillot dans une piscine à 30°, un DJ torse nu qui passe de la techno, des cabines de douche où je préfère même pas imaginer ce qu'il se passe, ça donne à peu près ça :


video

Pour la liste complète des pool parties à NY, c'est ici.

Pour les photos et vidéos de la soirée, c'est never, over my dead body!!

Je les mets de côté pour notre ami DSK dont le procès ne fait que commencer : ça animera ses futures soirées en prison...

mercredi 1 juin 2011

The War of Netflix

De manière générale, je n'aime pas quand Mari voyage "pour le boulot".

C'est bien joli d'agiter le mouchoir quand il part avec sa valise cabine, mais ça fait quand même super braire de se retrouver toute seule avec les Nains aussi régulièrement. Et puis avouons-le, quand Mari rentre du bureau, c'est un peu comme l'arrivée de Super Nounou. A peine a-t'il franchi la porte que je fais un tour de magie et "POUF"!!

Je disparais...

Je pars me planquer avec mon Iphone dans ma chambre, aux chiottes ou derrière le canapé pour trouver la dernière pastèque (seuls les joueurs de Angry Birds pourront comprendre....), laissant à mon homme le soin de finir le bain, faire dîner les enfants et les coucher avec une histoire après qu'ils se soient brossé les dents. 

A nous deux maintenant maudit piaf!!!

Donc, quand Mari m'annonce qu'il est peut-être hypothétiquement probable qu'il rentre un peu plus tard (c'est à dire après 18h40 - thank God les horaires de boulot aux US-), je ne dis pas "Putain ça fait chier, je vais encore me farcir le 5 à 7", je dis "Ca serait quand même pas mal que tu vois les enfants le soir, ils ont PLEIN de choses à te raconter" (et ça fait 15 jours que je m'arrache les cheveux à trouver cette foutue pastèque!).

Mais il y a cependant un énorme avantage à passer ses soirées seule et je me surprend maintenant à frétiller quand Mari part pendant quelques jours.

Comme beaucoup de couples (enfin, je présume), nos soirées à la maison se terminent dans le canapé à mater la télé. Mais entre les chaînes du câble qui ne proposent que des émissions débiles avec coupures pub toutes les 10 minutes et notre stock de DVDs que nous avons au moins vus 34 fois, nous nous sommes retrouvés désoeuvrés les premières semaines à New-York.

C'est sans compter sur l'invention génialissime qu'est Netflix



Bon, en gros, pour moins de 15$/mois, vous pouvez louer des DVD et mater des films en streaming unlimited (si vous voulez une analyse un peu plus complète, Marion en VO a écrit sur le sujet un excellent article).

Le problème avec ce machin, c'est que tous les soirs, Mari et moi passons au minimum 45 minutes à faire défiler le catalogue avant de se mettre d'accord sur un film. Et comme cela n'arrive qu'1 fois sur 10, cela signifie que 9 fois sur 10, on s'engueule à coups de "t'as des goûts de merde en matière de film", "m'impose pas tes bleuettes à con", "t'attends d'être tout seul pour mater tes documentaires ultra boring", "no way on regarde un porno".

Bref, comme Mari et moi n'avons pas vraiment les mêmes goûts, c'est un peu la guerre tous les soirs et il lui est même déjà arrivé d'aller s'enfermer dans la chambre pendant que je regardais "X-Factor", sous prétexte que cette émission le faisait vomir. Pauvre chéri...

Ainsi, quand il part maintenant en voyage, j'ai déjà ma liste de films dans la tête et je sais que je vais ENFIN pouvoir mater ce que je veux sans qu'il vienne me saouler!

J'ai ainsi pu voir :

 Mari : "C'est nul!!!"

Mari : "ha ha ha!! Je l'ai déjà vu!! En fait, il est.... Ha ha!! Non je te le dis pas!!"

Mari : "Hein? Quoi? Un film avec des lesbiennes? Et tu vas le regarder sans moi??!!!"

Oui. Et en plus, je ne prends même pas la peine de me faire à bouffer quand il est pas là, c'est delivery tous les soirs qui fait aussi la lunchbox de Nain, no vaisselle, no pain.

Mais ce soir, pas de Netflix, je vais rejoindre les copines de l'apéroblog au Mé Bar.

Beaucoup mieux.